dimanche 12 mai 2013

Dimanche 12 mai 2013: Les merveilleuses applications des sciences



La société IBM vient de diffuser un film d'animation, avec des images dont les pixels sont des images d'atomes individuels, déplacés un à un par un dispositif qu'ils ont mis au point. 

Des atomes déplacés un à un ! Évidemment, le système ne va pas aussi vite que le film ne le montre, mais la prouesse est réelle : c'est la conséquence de travaux effectués dans les dernières décennies, après que des scientifiques avaient mis au point un microscope capable de voir les atomes. De travaux qui semblaient alors ésotériques, très loin des applications possibles.

Prenons un peu de recul : ce genre de spectacle a toujours été mis en oeuvre par les scientifiques. Déjà Galilée montrait aux Princes de son temps les astres invisibles à l'oeil nu, grâce à la lunette qu'il avait construite. A la cour du roi de France, l'abbé Nollet propagea un choc électrique dans une rangée de gardes qui se tenaient par la main. Et ainsi de suite. 
Emerveillés par les phénomènes et également soucieux de faire partager leur enthousiasme, les gens des sciences quantitatives ont toujours eu à coeur de donner à leur entourage un avant-goût du monde merveilleux qu'ils entrevoyaient avant les autres.

Evidemment c'est aussi une façon de justifier leur activité en vue de récupérer des subsisdes pour se livrer à des travaux qui paraissent bien ésotérique. La relation entre la découverte scientifique et ses applications est omniprésente, et même les sciences quantitatives les plus pures résistent mal à la volonté de produire des applications. « Résistent mal » : s'agit-il vraiment de résister ? Ou simplement de partager un enthousiasme ? 

Allons, il n'est pas nécessaire de chercher inutilement à débrouiller l'écheveau des causes des actions humaines, car nous serions souvent bien en peine d'y parvenir. En revanche, il est tout à fait utile d'apprendre à s'émerveiller des résultats des sciences quantitatives, comme de leurs applications.